Les dispositifs pour protéger les femmes victimes de violences conjugales restent ouverts pendant le confinement

 
 
Covid-violences

Les dispositifs pour protéger les femmes victimes de violences conjugales restent ouverts pendant le confinement

Dans l’optique d’enrayer la propagation du virus de la Covid-19, le Président de la République a décidé de renouveler le confinement afin de réduire à leur plus strict minimum les contacts et déplacements sur l’ensemble du territoire.

Ce contexte constitue à nouveau un facteur aggravant pour les femmes victimes de violences conjugales et leurs enfants lorsqu’ils sont confinés avec leurs agresseurs.

Il est important de rappeler que l’ensemble des différents dispositifs d’alerte et de secours restent actifs et opérationnels pour écouter, secourir et protéger les personnes victimes de violences à l’intérieur du foyer.

Si elles se sentent en danger, les femmes peuvent quitter leur domicile avec leurs enfants à tout moment, et ce sans devoir disposer d’une attestation. Les policiers et les gendarmes ont été formés à ces situations d’urgence.

En cas d’urgence et de danger immédiat :

  • Appeler le 17
  • Utiliser le 114 par SMS

Pour un conseil, une orientation ou signaler un fait de violences :

  • Dans le Finistère : l’ensemble des structures répertoriées dans la plaquette « osez en parler » sont joignables (mettre lien plaquette> plaquette "violences, osez en parler" - format : PDF     - 1,10 Mb ), tel que le Centre d’information sur les droits des femmes et des familles (CIDFF) au 02 98 44 97 47, contact@cidff29.fr.
  • Appeler le 39 19 : numéro gratuit et anonyme fonctionnant du lundi au vendredi de 9h à 22h, ainsi que les samedis, dimanches et jours fériés de 9h à 18h
  • Signaler votre situation sur Internet via la plateforme dédiée fonctionnant tous les jours sans exception, 24h/24 avec un tchat non traçable : https://arretonslesviolences.gouv.fr/
  • Télécharger l’application « APP-ELLES » : https://www.app-elles.fr/
  • Si vous êtes une femme en situation de handicap et victime de violences, appelez le 01 40 47 06 06 (permanences le lundi de 10h à 13h et de 14h30 à 17h30 ; le jeudi de 10h à 13h)
  • France victimes : 116 006 disponible 7j/7 de 9h à 19h.
  • Si vous êtes un enfant victime de violences, appelez le 119 (appel gratuit 24h/24, 7j/7)
  • Contraception et interruption volontaire de grossesse (IVG) : le Planning familial répond à toute question au numéro vert : 0 800 08 11 11
  • Hébergement d’urgence : appeler le 115 (service intégré d’accueil et d’orientation – SIAOservice intégré d'accueil et d'orientation). Des bons de transport sont mobilisables pour les mises à l’abri, à destination de personnes non mobiles et sans ressource.

Dispositif « alerte pharmacie » :

Depuis le confinement, les personnes victimes ont également la possibilité de se signaler, à tout moment et sans attestation, auprès de leur pharmacien qui contactera les forces de l’ordre. Chaque victime ou chaque proche de victime (familles, amis, voisins, collègues, etc.) peuvent en effet alerter un pharmacien à tout moment.

Afin de prendre en charge au plus vite les victimes, les forces de police et de gendarmerie ont reçu consigne du ministère de l’Intérieur d’intervenir en urgence pour les appels provenant des pharmacies.

Une affiche départementale pour mieux communiquer sur le maintien de l’offre d’information et d’accompagnement des femmes victimes de violences.

Les acteurs territoriaux (centres d’action sociale, centres commerciaux, pharmacies etc..) sont invités à afficher le plus largement possible ce support de communication pour renforcer l’information des femmes victimes de violences. (mettre lien affiche 29, en pièce jointe)

Accès à l’IVG : les mesures exceptionnelles adoptées lors du premier confinement sont reconduites Les Ministres en charge de la santé et de l’égalité entre les femmes et les hommes les ont rappelées dans un communiqué de presse du 9 novembre (lien vers CP: https://www.egalite-femmes-hommes.gouv.fr/cp-ivg-confinement-09-11-2020/).