Influenza aviaire hautement pathogène : la maladie progresse en France

 
 

Comme plusieurs pays d’Europe, la France est confrontée à un épisode d’influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) depuis la mi-novembre. Le virus en cause (H5N8) atteint exclusivement les oiseaux ; il n’est pas transmissible à l’Homme. La maladie circule activement dans la faune sauvage et se manifeste à l’occasion des migrations vers le Sud.

Avec désormais cinq élevages professionnels français touchés, la maladie progresse : trois élevages de canards gras des Landes ; un élevage de canards maigres en Vendée et un élevage de canards de Barbarie reproducteurs dans les Deux-Sèvres.

L’ensemble des oiseaux de ces élevages ont été abattus. Des zones de protection (3 km) et de surveillance (10 km) ont été mises en place autour des foyers, au sein desquelles les mouvements de volailles sont interdits et des mesures sanitaires strictes doivent être observées.

Par ailleurs, des cas d’Influenza aviaire ont été confirmés sur des oiseaux sauvages trouvés morts, dont deux dans le Morbihan. Une zone de contrôle temporaire a été mise en place autour des lieux de découverte des cadavres.

Pour rappel, l’ensemble du territoire national métropolitain est classé en niveau de risque « élevé » au regard de l’influenza aviaire depuis le 17 novembre 2020.

Les mesures suivantes s’appliquent à l’ensemble des départements de l’hexagone et de la Corse :

  • claustration ou protection des volailles par un filet pour éviter le contact avec des oiseaux sauvages. Ces dispositions s’appliquent aux oiseaux de basse-cours, sans dérogation possible, ainsi qu’aux oiseaux détenus dans des élevages professionnels ;
  • interdiction de rassemblements d’oiseaux (exemples : concours, foires ou expositions) ;
  • interdiction des transports et lâchers de gibiers à plumes ;
  • interdiction de l’utilisation et du transport d'appelants pour la chasse au gibier d’eau.

La vigilance reste impérative pour éviter la propagation du virus.

Les mesures de biosécurité à respecter par les professionnels comme par les particuliers (basses-cours) sont consultables à cette adresse :

Pour rappel, l’influenza aviaire n’est pas transmissible à l’Homme par la consommation de viande d’origine aviaire, œufs, foie gras et plus généralement de tout produit alimentaire.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter le site internet du ministère de l’agriculture et de l’alimentation (https://agriculture.gouv.fr/tout-ce-quil-faut-savoir-sur-linfluenza-aviaire  ).

VOUS ÊTES DÉTENTEURS D'OISEAUX À TITRE PRIVÉ, À DES FINS NON COMMERCIALES

Dans le cadre de la mise en place des mesures de biosécurité dans votre basse cour, vous devez :

  • procéder à la claustration ou protection des volailles par un filet pour éviter le contact avec des oiseaux sauvages. Ces dispositions s’appliquent aux oiseaux de basse-cours, sans dérogation possible, ainsi qu’aux oiseaux détenus dans des élevages professionnels ;
  • déclarer vos oiseaux sur le site Mes démarches
  • respecter les mesures de biosécurité suivantes :
    • > Affiche basses-cours - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,12 Mb

    • > Fiche basses-cours et poulaillers urbains : quels risques? quelles précautions à prendre? - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,29 Mb

Consigne pour les particuliers détenteurs d'oiseaux

CONDUITE A TENIR EN CAS DE DÉCOUVERTE DE CADAVRES D’OISEAUX SAUVAGES

La découverte de cadavres d’oiseaux sauvages doit être signalée à l'Office français de la biodiversité (OFB) - Service départemental du Finistère- au 02 98 82 69 24 ou par mél à l’adresse sd29@ofb.gouv.fr ou la fédération de la chasse au 02 98 95 85 35.

Le signalement comporte les éléments suivants : les coordonnées du découvreur (identité et téléphone), une description de la situation : identification précise du lieu de découverte (coordonnées GPS, copie carte), date de la découverte et photographie des oiseaux découverts.