Mars 2017 - Campagne dans les pharmacies

 
 
Une prise en compte insuffisante des pictogrammes

La consommation de médicaments à risque (niveaux 2 et 3) serait responsable de 3 % à 4 % de l’ensemble des accidents corporels de la circulation en France. La prise, notamment de benzodiazépines ou apparentés (anxiolytiques ou hypnotiques) et d’antidépresseurs, augmente significativement le risque d’être responsable d’un accident de la route, en particulier aux étapes clés d’initiation ou de modification du traitement.

Or 11,5 millions de Français consomment des benzodiazépines au moins une fois dans l’année.

Aujourd’hui, la connaissance des pictogrammes de sensibilisation des usagers aux risques de la prise de médicaments sur la conduite est insuffisante. À cet égard, le rôle des pharmaciens est essentiel.

Affiche Campagne
_actualisation_article