Influenza aviaire : le risque d'introduction en France est élevé

 
 

Depuis le 20 octobre, plusieurs cas d’influenza aviaire (26 de type H5 hautement pathogène) ont été détectés dans la faune sauvage en Europe, notamment aux Pays-Bas et en Allemagne, dans un couloir actif de migration des oiseaux sauvages qui traverse la France. Deux foyers en élevages de volailles ont également été confirmés aux Pays-Bas et au Royaume-Uni.

Cette situation fortement évolutive a conduit le ministre de l’agriculture à renforcer les mesures de prévention pour éviter l’introduction du virus dans les élevages en France. A compter du 6 novembre, le niveau de risque d’introduction du virus influenza aviaire par l’avifaune est qualifié de « élevé » dans le département du Finistère du fait de l’existence de zones à risque particulier, abritant des zones humides fréquentées par les oiseaux migrateurs.

L’influenza aviaire est une maladie virale qui affecte les oiseaux. Elle est très contagieuse. La consommation de viande, foie gras et œufs ne présente aucun risque pour l’homme.

Le passage à ce niveau de risque a deux objectifs : augmenter la vigilance sur les populations d’oiseaux qu’elles soient domestiques ou sauvages et prendre des mesures de protection des oiseaux domestiques afin d’éviter leur exposition.

Aussi, les mesures de prévention suivantes sont rendues obligatoires sur l’ensemble du département du Finistère :

  • claustration ou protection des volailles par un filet pour éviter le contact avec des oiseaux sauvages. Ces dispositions s’appliquent aux oiseaux de basse-cours, sans dérogation possible, ainsi qu’aux oiseaux détenus dans des exploitations commerciales ;
  • interdiction de rassemblement d’oiseaux (exemples : concours ou expositions) et interdiction de faire participer des oiseaux originaires du département à des rassemblements organisés dans le reste du territoire ;
  • en matière de pratiques de la chasse : interdiction des transports et lâchers de gibiers à plumes et interdiction d’utilisation d’appelant.

En matière de surveillance de la maladie, elle s’organise autour de deux axes :

  • Surveillance de la faune sauvage : en cas de découverte d'un ou plusieurs cadavres d'oiseaux sauvages :

     - informer l'Office français de la biodiversité (OFB) - Service départemental du Finistère- au 02 98 82 69 24 ou la fédération de la chasse au 02 98 95 85 35 ;

      - ne pas toucher l'animal et repérer précisément son emplacement.

  • Surveillance des oiseaux domestiques : une mortalité inhabituelle doit faire l’objet d’un signalement auprès de votre vétérinaire. Il fera l’analyse de la situation et se mettra en relation avec les services compétents pour diligenter le cas échéant une enquête et la conduite de prélèvements.

Pour en savoir plus, vous pouvez utilement consulter le site internet du ministère de l’agriculture et de l’alimentation (https://agriculture.gouv.fr/tout-ce-quil-faut-savoir-sur-linfluenza-aviaire ).