Actualités

Médicaments et conduite : ayez les bons réflexes !

 
 
Médicaments et conduite : ayez les bons réflexes !

En France, la consommation de médicaments à risque serait responsable de 3 % à 4 % de l’ensemble des accidents corporels de la circulation. La prise d’anxiolytiques et de somnifères augmente significativement le risque d’être responsable ‘un accident de la route, en particulier au début ou en cas de modification du traitement.

Dans le Finistère, les agents de la sécurité routière ont pu constater lors des opérations de prévention que ces risques sont insuffisamment connus des usagers de la route.

Les services de l’État se mobilisent avec les pharmaciens du département pour sensibiliser les usagers de la route. 25 000 sacs alertant sur les dangers de la prise de médicaments associée à la conduite vont être distribués dans 108 pharmacies du département.

Aurélien ADAM, directeur de cabinet du préfet du Finistère, était présent cet après-midi à Concarneau à la pharmacie « Les Filets Bleus », pour remettre un lot de 250 sacs.

Loin d’être un geste anodin, la prise de médicaments peut augmenter le risque d’accident quel que soit le véhicule utilisé. Qu’il s’agisse de médicaments prescrits par un médecin ou disponibles sans ordonnance, il est important d’avoir les bons réflexes.

Les médicaments sont classés en 3 niveaux de dangerosité pour la conduite, identifiés au moyen de 3 pictogrammes : jaune, niveau 1 ; orange, niveau 2 et rouge, niveau 3.

Le niveau 1 correspond à des médicaments ne remettant généralement pas en cause la conduite de véhicules, mais nécessitant d’être informé avant de prendre le volant. Il faut rester vigilant quant à une manifestation éventuelle des effets signalés dans la notice.

Le niveau 2 indique des médicaments pouvant remettre en cause la capacité à conduire. Il est nécessaire de demander l’avis du médecin ou du pharmacien.

Le niveau 3 correspond à des médicaments rendant la conduite dangereuse. Avant de recommencer à conduire, il convient de solliciter l’avis du médecin ou du pharmacien si le médicament est délivré sans prescription médicale.

Lors de la prise de médicaments, il est nécessaire de développer de bons réflexes :

- Lire attentivement la notice du médicament : les effets ayant des conséquences sur la conduite se trouvent dans les rubriques « conducteurs et utilisateurs de machines » ou « mises en garde et précautions d’emploi » ou « effets indésirables ».

- Préciser à son médecin (ou à son pharmacien) le mode de transport utilisé : il pourra prescrire un médicament ayant moins d’effets sur la conduite. Il faut également indiquer la prise d’autres médicaments pour tenir compte des interactions.

- Respecter les heures et conditions de prise des médicaments. Ne pas modifier les doses et ne pas interrompre le traitement sans avis d’un professionnel de santé.

- Ne pas prendre le volant ou arrêter de conduire en cas de fatigue ou des effets secondaires tels que des engourdissements, des tremblements, des nausées, des vertiges, etc.

- Ne pas multiplier les risques ; en cas de fatigue, les effets indésirables des médicaments sur la conduite sont décuplés. La prise simultanée de médicaments avec de l’alcool et/ou des drogues, en particulier le cannabis, multiplie également les risques d’accidents.