Actualités

Covid-19 : le département du Finistère en vigilance

 
 
Covid-19 : le département du Finistère en vigilance

Alors que le nombre de cas positifs de covid-19 augmente au plan national (au 17 août, 219 029 cas confirmés, +493 en 24h), avec un taux d'incidence* de 23,73 pour 100 000 habitants au plan national, pour 353 clusters actifs, le Finistère n'est pas épargné. La vigilance est plus que jamais de mise.

Avec un taux d'incidence à 14 pour 100 000 habitants, le département du Finistère a franchi le seuil de 10 cas pour 100 000 habitants – ce qu'on appelle le seuil de vigilance (passage du vert à l'orange sur la carte du taux de vigilance). En Bretagne, le département de l'Ile-et-Vilaine est également dans cette situation. Pour information, le seuil d'alerte est quant à lui fixé à 50 cas pour 100 000 habitants.

Le taux de positivité reste contenu (entre 1 et 3 %). Le taux de positivité correspond au nombre de personnes testées et positives sur une semaine.

Cette augmentation du nombre de cas dans le département s'explique en particulier par l'existence d'un cluster parmi les salariés de l'entreprise de charcuterie Monique Ranou située à Saint-Evarzec, où plusieurs personnes ont déjà été testées positives.

Les équipes de l'ARSAgence Régionale de Santé, de la CPAM et de Santé publique France suivent de très près la situation, en relation étroite avec l'entreprise, afin de tracer les chaînes de contamination.

Sans ce cluster, le taux d'incidence se situerait à 8, soit sous le seuil de vigilance.

Sur les 4 dernières semaines, ce sont en moyenne 6350 prélèvements (tests PCR) qui ont été effectués par semaine.

Pour autant, dans le Finistère, comme sur le reste du territoire, la situation est préoccupante : l'ensemble des indicateurs continue sa progression et la transmission du virus s'accentue. Elle concerne toutes les tranches d'âge et plus particulièrement les jeunes adultes ; la part de la transmission en dehors des clusters répertoriés est prédominante. Les moins de 39 ans représentent près de 40 % des cas positifs dans la région.

Pendant les vacances estivales et dans un contexte où certains peuvent baisser la garde dans les lieux plus familiers ou propices à la convivialité, il est impératif de rester vigilant face à l'épidémie du covid-19 : la période estivale ne doit pas être synonyme d'un relâchement dans le respect des gestes barrières. C'est de l'engagement et la responsabilité de chacun d'entre nous que dépend la santé de tous.

Il est primordial de poursuivre les efforts dans l'application des gestes barrière notamment l'utilisation du masque et la distanciation physique pour ralentir la propagation du virus.

Afin de limiter la progression du virus dans la population, il est rappelé que chaque personne présentant des symptômes évocateurs de covid-19 ou ayant le moindre doute doit réaliser un test de recherche du virus dans les plus brefs délais. Dans l'attente des résultats, les personnes doivent s'isoler et les contacts doivent être réduits au strict minimum.
Depuis le 20 juillet, le port du masque est obligatoire dans les lieux clos recevant du public

Il en est de même dans de nombreux marchés (Bohars, Bourg-Blanc, Brélès, Camaret-sur-Mer, Coat-Méal, Gouesnou, Guilers, Kersaint-Plabennec, La Forêt-Fouesnant, Lampaul-Ploudalmézeau, Landéda, Lanildut, Lannilis, Lanmeur,Lanrivoaré, Le Drennec, Le Relecq-Kerhuon, Locmaria-Plouzané, Milizac-Guipronvel, Pleyber-Christ, Plouarzel, Ploudalmézeau, Plouézoc'h, Plougastel-Daoulas, Plouguerneau, Plouguin, Ploumoguer, Plounéour-Menez, Plourin, Plouvien, Plouzané, Pont-Aven, Porspoder, Saint-Jean-du-Doigt, Saint-Martin-des-Champs, Saint-Pabu, Saint-Renan, Sibiril, Sizun, Trébabu, Tréglonou, Tréouergat), ainsi que dans plusieurs centre-villes du département dont celui de Quimper.

*En épidémiologie, le taux d'incidence rapporte le nombre de nouveaux cas d'une pathologie observés pendant une période donnée - population incidente- à la population dont sont issus les cas (pendant cette même période)- population cible -.