Prévention des risques littoraux et submersions marines dans le Finistère

 
Prévention des risques littoraux et submersions marines dans le Finistère

Les risques littoraux

Les risques littoraux regroupent différentes manifestations :

  • les submersions marines ;
  • l’érosion littorale ;
  • le choc mécanique des vagues (pour lequel, l’énergie développée par la houle est considérable. Elle est capable de détruire les installations humaines sous l’effet de la pression engendrée) ;
  • la mobilité dunaire (déplacement naturel des dunes sous l’effet du vent) ;
  • la projection de matériaux (sables, galets, etc.).

Qu’est-ce qu’une submersion marine ?

La submersion marine est une inondation temporaire de la zone côtière par la mer dans des conditions météorologiques et/ou océaniques défavorables.

Elle se manifeste de différentes façons :

  • par des débordements, lorsque le niveau marin est supérieur à la cote de crête des ouvrages ou du terrain naturel ;
  • par rupture du système de protection, lorsque les terrains situés en arrière sont en dessous du niveau marin (défaillance d’un ouvrage de protection ou formation de brèche dans un cordon naturel, suite à l’attaque de la houle, au mauvais entretien d’un ouvrage, à une érosion chronique intensive, au phénomène de surverse, à un déséquilibre sédimentaire du cordon naturel, etc.) ;
  • par une inondation causée par le franchissement de paquets de mer liés aux vagues, lorsque après un déferlement de la houle, les paquets de mer dépassent la cote de crête des ouvrages ou du terrain naturel.

Qu’est-ce que l’érosion littorale ?

L’érosion littorale englobe à la fois l’érosion naturelle induites par les forces marines et également l’érosion générée par l’Homme. Le recul du trait de côte lié à l’érosion littorale est un phénomène naturel qui s’est aggravé sous la pression des activités humaines.

L’érosion littorale affecte particulièrement les côtes sableuses. L’érosion littorale est due à l’action des vagues ou des courants marins mais aussi, aux facteurs humains tels qu’à la surfréquentation des cordons dunaires qui détruit la végétation et expose le sable à l’action du vent, à l’extraction de matériaux utilisés en construction, ou par la mise en place d’ouvrages côtiers qui modifient les échanges sédimentaires, ou encore par l’urbanisation proche du littoral qui entraîne des ruissellements de surface.

Les côtes basses meubles se caractérisent cependant par une mobilité permanente donnant au trait de côte une géométrie variable, pouvant se caractériser par des phases d’avancées et de recul. Les côtes à falaises ne peuvent que reculer. Leur recul est souvent plus complexe à appréhender du fait de la combinaison des actions continentales (infiltration, ruissellement, etc.) en haut de falaises et des actions directes de la mer.

L’érosion côtière induit plusieurs types de risques :

  • la rupture de défenses côtières naturelles (cordons dunaires)
  • la sape des ouvrages de protection

Les risques littoraux dans le Finistère

De par sa situation péninsulaire, le Finistère connaît un climat océanique et doux mais particulièrement exposé aux perturbations venues de l’atlantique.

Dans les zones littorales, les vents violents, une surcote liée à une tempête, associés à un fort coefficient de marée ainsi qu’à un phénomène de vague peut engendrer une submersion marine de la zone côtière. Ce phénomène est aggravé dans les estuaires en cas de crue concomitante du cours d’eau.

Les actions préventives

- La prise en compte dans l'aménagement à travers les PPRSM et PPRL. Les PPRL, procédures plus récentes, intègrent désormais le phénomène d'érosion littorale, les sur-aléas induits par la submersion marine (franchissement, chocs mécaniques, temps de vitesse et propagation...) et prennent en compte pour la première fois le changement climatique dans les scénarios et prescriptions.

- Le recensement et la production de cartes des zones basses littorales. Cette cartographie de 2013 a été porté à connaissance des maires concernés et constitue la référence pour l’application des droits des sols (R111-2 du code de l’urbanisme) sur l’ensemble du littoral finistérien concerné, non couvert par un PPR littoral approuvé.

- Le PAPI SLGRI issu de la stratégie locale de gestion du risque inondation .

Pour en savoir plus sur les risques littoraux et submersions marines, consultez le DDRM