Actualités

Protection de l'eau et de la nature : les services de l'Etat dressent le bilan de 2019 et coordonnent les actions futures

 
 
Protection de l'eau et de la nature : bilan de 2019 et actions futures

Le préfet du Finistère, Pascal LELARGE, a présidé ce jour le comité stratégique de la Mission inter-services de l’eau et de la nature (MISEN*). Ce comité définit les enjeux stratégiques du département dans les domaines de l'eau, de la nature et dans l'exercice de la police de l'environnement. Il détermine les priorités du plan d'action et le plan de contrôle coordonné et en examine le bilan.

En 2019, les services de la MISEN ont oeuvré à la mise en place d’actions visant à améliorer la qualité de l’eau et à restaurer les milieux naturels. Ces actions se concentrent autour de 7 axes stratégiques.

Premier axe stratégique, la lutte contre les pollutions diffuses d'origine agricole (nitrates, phosphore, pesticides, ...) et contre les marées vertes a été poursuivie. Plus de 200 contrôles ont été réalisés sur les secteurs à enjeux (algues vertes, non atteinte du bon état des eaux, captages prioritaires, …) afin de vérifier le respect de l’équilibre de la fertilisation dont plus de 30 % se sont avérés non conformes. 23 contrôles ont été effectués par les services de l’État afin de vérifier l'absence de pollution des eaux par déversement de lisier. Ces contrôles ont eu lieu dans des exploitations porcines situées à proximité d’un cours d’eau et en amont d’une zone sensible (prise d’eau potable, pisciculture ou zone conchylicole). Les infractions relevées ont fait l’objet de 3 arrêtés préfectoraux de mise en demeure, de 3 procès-verbaux et de 4 demandes de diagnostic complet de risque de déversement par un expert suite à une pollution.

Deuxième axe particulièrement important, le littoral et le milieu marin ont fait l’objet d’actions de surveillance renforcée dans les secteurs à fort enjeu (baie de Morlaix, PNMI, Rade de Brest, ...) et axées sur les thématiques prioritaires. 13 opérations ont été menées dans le cadre de la lutte contre le carénage sauvage : 2 infractions ont été relevées et ont donné lieu à 2 procès-verbaux. La sensibilisation à l’interdiction de la pêche à pied de loisir sur les herbiers de zostères a mobilisé plus de 500 personnes dans 4 opérations d’ampleur notamment en baie de Morlaix.

Par ailleurs, la protection des habitats naturels et des espèces protégées au travers notamment de Natura 2000, des arrêtés de protection de biotope, a été particulièrement mise en avant après le confinement lié au COVID-19 : de nombreuses espèces ont pu retrouver une quiétude en pleine période de reproduction (archipel de Molène, baie d’Audierne, Glénans).

Les 4 autres axes concernent :

  • la protection et la restauration des milieux aquatiques (cours d'eau et zones humides). Ces milieux, essentiels pour assurer une auto-épuration des eaux doivent être soit protégés, soit restaurés. Par ailleurs, l'amélioration de la continuité écologique pour assurer la reproduction des poissons migrateurs (saumons, anguilles, ...) reste une priorité de l'Etat dans le département.
  • la mise en conformité de l'assainissement collectif (réseaux de collecte des eaux usées et stations d'épurations) et non collectif a été poursuivie. Il reste cependant d'importants travaux à mener par les collectivités pour diminuer de manière significative les déversements vers le milieu naturel.
  • l'amélioration de la qualité des eaux de baignade et des zones conchylicoles, 2 enjeux majeurs dans le Finistère, s’agissant de supports de l’activité économique et garants du cadre de vie.
  • une gestion quantitative équilibrée de la ressource en eau entre les différents usages.

 

L'année 2020 va voir se poursuivre ces actions avec, d'un côté la mise en oeuvre de la réglementation environnementale et d'un plan de contrôle renforcé dans certains domaines (biodiversité, algues vertes, lutte contre les pollutions, ...) et d'un autre côté, des services présents pour accompagner les collectivités et inciter les acteurs à améliorer la qualité de l'eau et restaurer les milieux dégradés.

L'Office Français de la Biodiversité (OFB), créé au 1er janvier 2020, et l'Agence de l'eau Loire-Bretagne accompagneront les services de l’État afin d'assurer respectivement les contrôles sur le terrain et l'accompagnement financier des projets.
Au niveau agricole, la réduction progressive des quantités de produits phytosanitaires reste un enjeu majeur sur lequel la mobilisation des acteurs du monde agricole est essentielle.

Enfin, les bassins versants algues vertes, les plages de qualité sanitaire insuffisante, les zones conchylicoles avec des alertes sanitaires, les cours d'eau en mauvais état par rapport à la Directive Cadre sur l'Eau (DCE), la Rade de Brest dans son ensemble sont les secteurs prioritaires où la mise en oeuvre concrète de plans d'action devra être accélérée.

L’intégralité du plan prévisionnel des contrôles pour 2020 de la MISEN est disponible ici .

* Liste des services composant la MISEN :

- préfecture et les sous-préfectures de Brest, Morlaix et Châteaulin,

- tribunaux de grande instance de Brest et Quimper (parquet)

- direction départementale des territoires et de la mer,

- direction départementale de la protection des populations,

- direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement,

- direction régionale de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt,

- agence régionale de santé,

- office français de la biodiversité

- office national des forêts,

- parc naturel marin d'Iroise (PNMI),

- conservatoire du littoral et des espaces lacustres,

- gendarmerie départementale,

- direction régionale des douanes.