Actualités

Cérémonie de nomination des lieutenants de louveterie du Finistère

 
 
Cérémonie de nomination des lieutenants de louveterie du Finistère

Lundi 27 janvier, M. Christophe MARX, sous-préfet de l’arrondissement de Quimper, a reçu dans les salons de l’hôtel préfectoral, les onze lieutenants de louveterie du Finistère nommés pour la période 2020-2024, parmi lesquels deux nouveaux venus.

Au cours de cette cérémonie, M. MARX a souligné l’importance de l’engagement des lieutenants de louveterie, bénévoles auprès du préfet et de ses services, au plus près du territoire et de leurs habitants, et a rappelé les enjeux et les priorités pour l’État dans le domaine de la prévention des dégâts, des nuisances et des risques pour la santé. Ainsi, les lieutenants de louveterie sont amenés à intervenir dans la régulation des choucas des Tours et des populations de sangliers.

Il a enfin remercié les lieutenants de louveterie pour leur implication durant les cinq dernières années et a salué leurs résultats et leur volonté de poursuivre leur engagement.

Focus sur les lieutenants de louveterie

La louveterie française existe depuis 1200 ans, sa fondation remontant à Charlemagne. Depuis, elle a traversé les âges et accompagné les évolutions de la société. On retiendra notamment que la fonction de Lieutenant de louveterie a été instituée par ordonnance du 20 août 1814 – auparavant, on parlait des Louvetiers.

Le lieutenant de louveterie est nommé par le préfet. Dès lors, après son assermentation, il devient auxiliaire bénévole de l’État et se voit confier des missions de service public. En Finistère, ils étaient dix jusqu’en 2019 et passent à onze pour la nouvelle période 2020-2024, en charge en moyenne d’une petite trentaine de communes.

Le lieutenant de louveterie n’est pas un chasseur comme un autre. Il connaît le territoire et la faune qui y vit, identifie l’espèce à l’origine de dégâts ou nuisances, apprécie la nécessité et les possibilités d’intervention et conseille les services de l’État. Lorsqu’une battue administrative est décidée, elle est dirigée sur le terrain par un lieutenant de louveterie, qui en endosse la responsabilité. Il est aussi investi des devoirs liés à la fonction publique, en particulier de neutralité et de réserve.

Le lieutenant de louveterie contribue à maintenir dans nos plaines, nos zones humides, nos landes et nos forêts une vie animale compatible avec les activités humaines, la santé publique, l’agriculture et la sylviculture.