Actualités

Actions menées pour reconquérir la qualité de l’eau de baignade sur la plage du Ris à Douarnenez

 
 
La plage du Ris, à Douarnenez, est interdite à la baignade par arrêté préfectoral du 4 mars 2019 en raison de l’atteinte d’un classement insuffisant de la qualité de son eau durant 5 années consécutives.

Afin de reconquérir la qualité de l’eau de baignade sur la plage du Ris, les différents acteurs (la ville de Douarnenez, Douarnenez communauté, Quimper Bretagne Occidentale, l’agence régionale de santé, la direction départementale des territoires et de la mer, la direction départementale de la protection des populations, l’agence de l’eau Loire-Bretagne, l’établissement public de gestion et d'aménagement de la baie de Douarnenez, le parc naturel marin d’Iroise,) se sont mobilisés.

La 1ère réunion du comité technique s’est tenue le 2 mai 2019 à la DDTMdirection départementale des territoires et de la mer, et a permis de partager toutes les données disponibles sur le territoire et de décider d’un plan d’action. Cette réunion a également été l’occasion de rappeler le positionnement de la Ville de Douarnenez, plus particulièrement du maire en tant que responsable de l’eau de baignade, comme pilote de l’état d’avancement des actions.

Les principales actions menées :

- l’amélioration de la gestion préventive active de la qualité de l’eau de baignade – par la ville de Douarnenez

- le contrôle des assainissements collectifs et non collectifs, et la surveillance des exutoires pluviaux - par Douarnenez communauté

- le suivi bactériologique des cours d’eau du bassin versant - par l’EPAB

- le contrôle des points d’abreuvement direct et des exploitations agricoles du bassin versant - par la DDTMdirection départementale des territoires et de la mer, le PNMI, l’AFB et l’ONCFSOffice national de la chasse et de la faune sauvage

- la surveillance sanitaire de la qualité de l’eau de baignade - par l’ARSAgence Régionale de Santé

L’amélioration de la gestion préventive active de la qualité de l’eau de baignade

En complément des prélèvements réalisés au titre du contrôle sanitaire, la ville de Douarnenez a renforcé son autosurveillance avec la réalisation de prélèvements 7 jours sur 7 durant toute la saison.

Les seuils pluviométriques déclenchant une interdiction de baignade ont été revus : >8 mm sur 24h, >6 mm sur 4 h et >4 mm sur 1h.

Il avait été demandé à la ville de Douarnenez de réagir comme si la plage était ouverte au public et de procéder à des fermetures préventives fictives sur la base de ces indicateurs pluviométriques.

► la Ville de Douarnenez a amélioré son fonctionnement et ses procédures de gestion en interne. L’ARSAgence Régionale de Santé a été systématiquement tenue informée des fermetures préventives fictives. L’objectif de la ville est bien d’anticiper les éventuelles pollutions et d’éviter ainsi une exposition des baigneurs.

La Ville a également assuré un suivi du Névet durant toute la saison en 2 points (amont et exutoire). Ces résultats ont été corrélés avec ceux réalisés également tous les jours au niveau du point de baignade.

► les pics de pollution sur le Névet sont systématiquement liés à un évènement pluviométrique important. Les montées en concentration des paramètres bactériologiques dans le Névet se répercutent en mer mais à des taux plus faibles.

Un suivi durant 48 heures après évènements pluvieux majeurs de la qualité du milieu en différents points stratégiques (amont Névet, exutoire, baignade) a été réalisé à 3 reprises afin de connaître le temps de réaction du Névet et de la plage, et la réaction du bassin versant aux pluies.

► la réaction est très rapide : dès 8h après l’évènement pluvieux, et les taux reviennent à la normale en mer entre 36 heures et 48 heures après la pluie. On observe enfin des taux de bactéries multipliés par 10 dans la rivière par rapport à la moyenne.

Lors de l’évènement pluvieux le plus important de la saison (près de 50 mm sur 48h les 8/9 août), 7 échantillonnages ont été réalisés sur la plage sur 3 jours en plusieurs phases de marées différentes.

► les résultats confirment que le Névet est la source principale de pollution de la plage du Ris. L’interdiction préventive de la baignade en cas d’évènements pluvieux importants est une réponse pour la protection sanitaire du public. Par ailleurs, la chute de la conductivité est corrélée à des taux importants des paramètres bactériologiques. Ce paramètre est le traducteur le plus lisible de la courantologie.

Le contrôle des assainissements collectifs

La saison 2019 révèle l’absence des déversements d’eaux usées au milieu naturel depuis les trop-pleins des 5 postes de relevages présents dans le bassin versant et télésurveillés.

Une bâche de sécurisation du poste de relevage présent juste au-dessus de la plage a été installée en 2018.

100% du linéaire du bassin de collecte du Ris a été contrôle à la fumée (Douarnenez-Kerlaz).

►Sur Douarnenez, les résultats des contrôles de conformité des branchements sont exploités : envoi de 33 courriers de demande de mise en conformité sur les 65 déclarés non conformes (12 ont fait depuis les travaux nécessaires). Il reste 20 habitations à contrôler sur les 630 branchements existants.

►Les prélèvements réalisés à proximité (amont, aval) de la station d’épuration par lagunage du JUCH présentent des concentrations importantes de bactéries. L’étude d’un raccordement du réseau du Juch à la station d’épuration de la Ville de Douarnenez doit être étudiée pour éliminer ce point de pollution.

Le contrôle des assainissements non-collectifs

Douarnenez Communauté a observé un total de 256 assainissements non collectifs sur le bassin versant dont 122 au Juch, 97 à Kerlaz et 37 à Douarnenez.

►6 installations sont caractérisées comme « non conformes avec danger ».

La surveillance des exutoires pluviaux

Les 7 exutoires pluviaux débouchant sur la plage du RIS ont été contrôlés cet été : 4 sont à écoulement permanent et 3 non-permanents.

►Les taux bactériologiques sont dans la norme pour des eaux pluviales. Aucune mesure n’a dépassé un seuil d’alerte qui laisserait envisager un dysfonctionnement sur les réseaux.

Le suivi qualité bactériologique cours d’eau du bassin versant

10 points de prélèvements répartis sur le Névet et ses principaux affluents ont été définis et complétés par un réseau de 29 points secondaires. Des campagnes de prélèvements en temps sec et temps pluie ont été conduites par Douarnenez Communauté et la Ville de Douarnenez.

►les campagnes par temps sec permettent de caractériser « le bruit de fond » bactériologique sur le bassin versant lié aux pratiques courantes, et notamment l’impact du piétinement des animaux.

►les campagnes par temps de pluie révèlent des teneurs beaucoup plus importantes dont les origines restent à préciser : ruissellement des sols, lessivage des parcours, gestion eau pluviale en milieu agricole, épandages agricoles au mois d’août…

Le contrôle des points d’abreuvement direct et des exploitations agricoles du bassin versant

Deux campagnes de contrôle sur le terrain, les 27 mai et 3 juin 2019, ont été permis d’identifier 49 points d’abreuvement non-conformes, soit 14 exploitations.

Ces exploitations non-conformes ont été destinataires d’un rapport de manquement si l’exploitant a conventionné avec l’EPAB pour s’équiper de dispositifs d’abreuvement ou d’un arrêté de mise en demeure dans le cas contraire. L’EPAB a contribué à l’installation de 27 abreuvoirs, chacun permettant la résorption de 1 ou plusieurs points de piétinement.

Les 8 exploitations pour lesquelles la DDTMdirection départementale des territoires et de la mer n’avait pas d’information de remise en conformité via l’EPAB ont fait l’objet d’un nouveau contrôle début novembre 2019, qui a permis de constater le respect des modalités de la mise en demeure.

A ce jour les points d’abreuvement repérés comme non-conformes lors des contrôles, sont soit conformes, soit en cours d’équipement via l’EPAB.

82 exploitations sont concernées par le bassin versant du Ris (siège et/ou terres). Sur les 39 qui ont leur siège dans le bassin versant, 22 sont des exploitations laitières.

Afin de résorber tout risque de pollution bactériologique via une fuite d’effluent direct du siège d’exploitation, ces 22 exploitations sont programmées en contrôle, au cours des quels sont notamment vérifiées les modalités de récupération et de stockage des effluents.

La surveillance sanitaire de la qualité de l’eau de baignade

Malgré l’interdiction de baignade en 2019, l’ARSAgence Régionale de Santé a maintenu le contrôle sanitaire de ce site afin de disposer d’une évaluation de la qualité de l’eau. Ainsi, 14 prélèvements ont été réalisés du 3 juin au 12 septembre 2019. L’ensemble des prélèvements se sont révélés de bonne qualité. Les résultats 2019 intégrés à ceux des années 2018, 2017 et 2016 permettent une amélioration du classement sanitaire de la plage et l’atteinte d’un classement suffisant.

Les actions envisagées pour 2020

Afin de maintenir une qualité d’eau permettant la baignade sur la plage du Ris, les acteurs restent mobilisés et poursuivent les actions.

Par la ville de Douarnenez :

- la révision du profil de baignade

- le maintien de l’autosurveillance à la même fréquence (7j/7)

- la mise en place d’un laboratoire dédié aux services techniques pour l’analyse des prélèvements

- l’acquisition d’une bouée autonome permettant la mesure de la conductivité en continu

- l’ntégration du paramètre conductivité dans la gestion préventive active

- l’nalyse de la courantologie

Par Douarnenez communauté :

- le contrôle de la station d’épuration du Juch

- la poursuite de l’état des lieux de l’assainissement collectif de Kerlaz et Le Juch sur la base des éléments transmis par la SAUR (contrôles de conformité)

Par Quimper Bretagne Occidentale :

- la transmission d’un état des lieux des assainissements collectifs et non-collectifs sur la partie du bassin versant concernée par QBO

- la mise en demeure si nécessaire

Par l’EPAB :

- le suivi du cours d’eau aux points hydrographiques à proximité des endroits où les zones d’abreuvement direct ont été résolues en 2019

- le suivi du Névet, d’un point en mer et un point en sortie de STEP du Juch : lors de la 1ère pluie significative couplée avec recherche de marqueurs

- le suivi en temps de pluie des affluents du Névet selon les résultats de la recherche de marqueurs (50 analyses complémentaires)

- le suivi sur les sédiments (10 prélèvements par temps sec répartis sur les zones amont, aval et zone humide au bord de cours d’eau)

Par l’ARSAgence Régionale de Santé :

- la poursuite du contrôle sanitaire de l’eau de baignade du RIS (14 prélèvements/analyses durant la saison 2020)

- l’instruction du profil de baignade

Par la DDTMdirection départementale des territoires et de la mer :

- le contrôle du respect de l’interdiction d’abreuvement direct des animaux aux cours d’eau

- le contrôle des sièges des exploitations agricoles afin de vérifier l’absence de fuites au milieu

Bilan

La Ville de Douarnenez a respecté les échéances fixées en transmettant le bilan des actions conduites début décembre 2019.

Le maire de Douarnenez, en tant que responsable de l’eau de baignade, reste le chef de file et doit notamment s’assurer de la réalisation des toutes les actions menées par les différents acteurs afin que l’amélioration du l’eau de baignade s’inscrive dans la durée.

Cette saison, la Ville a notamment mis l’accent sur l’amélioration de la connaissance des conditions de dégradation du site de baignade en renforçant l’autosurveillance du site et le suivi du Névet. Mais la Ville de Douarnenez concède que les mesures préventives sont à affiner pour gagner en efficacité afin d’anticiper les conditions de dégradation du milieu.

La gestion préventive des eaux de baignade permet de limiter des périodes à risque pour les usagers de la plage mais ne permet pas d’agir directement sur les sources de pollution.

Le bassin versant du Ris présente un nombre faible d’assainissements non-collectifs non-conformes (6 sur le territoire couvert par Douarnenez Communauté et 7 sur celui de Quimper Bretagne Occidentale).

Les contrôles de conformité des assainissements collectifs doivent être poursuivis, notamment sur Kerlaz et Le Juch, où l’état de la situation est aujourd’hui inconnu en raison des contrats de délégataire différents. Le suivi des contrôles non-conformes et la réalisation des travaux de raccordement devra être assuré dans le temps par Douarnenez Communauté.

Les efforts déployés par les différents acteurs ont porté leurs fruits car la qualité de l’eau de baignade sur la plage du Ris s’est sensiblement améliorée, permettant la réouverture à la baignade pour la prochaine saison estivale.